Les bras hydrauliques

Les bras hydrauliques

L'origine des bras :
Les premiers bras, les Multibennes, sont apparus en 1918. Ils servaient au chargement des chars américains sur les semi-remorques de l'époque. En 1946, des Finlandais inventent un nouveau procédé. Leurs plateaux, chargés de grandes longueurs de bois, sont hissés sur le véhicule à l'aide de deux câbles. Dans la fin des années 60, le treuil est remplacé par un vérin hydraulique, le verrouillage de la berce et le blocage de la suspension font leur apparition. C'est en 1970 que le produit évolue vers une de ses versions actuelles ; la société MEILLER crée la potence fixe à réglage manuelle puis la société SAPHEM modernise le système avec une potence coulissante fonctionnant hydrauliquement.

La situation aujourd'hui :
Le marché français est en pleine extension. On trouve essentiellement deux types d'utilisateurs :

  • d'une part les transporteurs agricoles et les récupérateurs de déchets industriels pour lesquels les temps de chargement sont longs
  • d'autre part les administrations comme les DDE ou les pompiers pouvant utiliser des caissons de natures différentes (benne, plateau avec saleuse, plateau nu etc) sur un seul châssis en optimisant ainsi l'utilisation de leur parc

Les caractéristiques des bras :
Il existe trois types de bras :

  • Le bras fixe. Il est utilisé pour des caissons de longueurs identiques ou très proches. Sa conception simple lui permet un travail rapide.
  • Le bras coulissant. Il est utilisé pour transporter des caissons de longueurs différentes tout en maintenant une répartition des charges correcte, c'est le bras le plus répandu avec environ 60% du marché et le plus souvent proposé par Berger Location.
  • Le bras articulé (2 points d'articulation). Il cumule l'avantage des deux bras précédents, le transport de caissons avec des longueurs différentes et une conception simple et robuste limitant l'entretien.

Les différentes options :

  • La potence articulée. Proposée sur potence fixe ou coulissante, elle permet d'obtenir une hauteur et un angle de chargement plus bas, associée au relevage arrière long, elle facilite la mise sur pied des caissons. Ce modèle est particulièrement apprécié des céréaliers.
  • La sécurité positive. C'est un linguet pneumatique ou hydraulique obturant l'anneau de préhension pour empêcher un décrochage intempestif du caisson lors des manipulations.
  • Le rouleau anti-cabrage. Il s'agit d'un rouleau placé dans le porte à faux arrière faisant office de béquille évitant le cabrage du véhicule. Il est indispensable lorsque l'empattement du véhicule est trop court. Il peut aussi être utilisé pour protéger l'essieu arrière contre des surcharges.
  • Le verrouillage hydraulique avant. Indispensable lors des utilisations de caissons munis de grue ou en fonctionnement bi-benne, il solidarise l'ensemble châssis caissons.
  • Le relevage arrière. Il permet de mettre des caisses sur pied (relevage long) ou transfert d'une caisse sur une remorque trop haute ou un quai (relevage court).
  • La pesée embarquée. Des capteurs extensiométriques sont placés entre le châssis et le bras. Un indicateur en cabine pouvant être relié à une imprimante et un support informatique, indique le poids transporté.

Les châssis correspondant :
Les bras hydrauliques peuvent être montés sur des porteurs de 3T5 à 32T de PTAC, des remorques et des semi-remorques, l'essentiel du marché se situant sur des porteurs 19T et 26T. Des bras de capacité de 14T ou 16T sont généralement installés sur des porteurs 19T, les porteurs 26T étant, eux, principalement équipés de bras d'une capacité de 16 à 20T.

Berger Location préconise des châssis type «route» (Renault Premium) pour le transport inter-usine et pour la collecte en intra urbain où tous les accès sont revêtus ; et des châssis type «chantier» (Renault Kerax) pour la collecte avec des accès difficiles nécessitant une bonne motricité et un châssis surélevé.

Les différents fournisseurs :
Cinq acteurs significatifs sont présents sur le marché national avec un réseau de distribution et de montage. Les sociétés GUIMA, DALBY, MARREL, PARTEK MULTILIFT et MILTRA.

La législation en vigueur :
Les bras sont soumis à la directive machine, un essai de mise en service et des visites semestrielles sont obligatoires. Aucun permis spécifique n'est nécessaire à ce jour pour leur utilisation. Toutefois, dans un souci de sécurité optimale, une formation spécifique (type CACES) de l'utilisateur est recommandée.

Les clients de Berger Location :
Le marché se développe très rapidement depuis quelques années. En location longue durée, il est le fait de grands groupes intervenant essentiellement dans la collecte des déchets. En courte et moyenne durée, on retrouve les mêmes clients auxquels il faut rajouter le monde agricole (coopératives, négociants), certaines entreprises de BTP et les DDE. Les véhicules concernés sont encore relativement peu disponibles sur le marché national ; il est donc logique de constater une forte demande chez les loueurs spécialisés dans ce domaine comme l'est Berger Location qui est capable de rendre ces véhicules tout à fait mobiles géographiquement, quelles que soient les durées de location souhaitées par ses clients.